GERMAIN  DELATOUSCHE, PEINTRE, XYLOGRAPHE ET LIBERTAIRE

 

                 Dalatousche matrice 3

       Singulier parcours, singulière « carrière » que celle de Delatousche...

 

     Né en 1898 à Châtillon en Dunois, non loin de Chartres, fils de jardinier, il se retrouve vers l'âge de sept ans , suite à un accident qui a rendu sa jambe raide (il claudiquera toute sa vie) -, cloué au lit pendant trois ans. Il profite alors de ce loisir forcé pour dessiner, prenant comme modèles les illustrés dont il dispose ou le chat de la maison. Son père veut en faire un cordonnier, à cause de la position assise, si l'on peut dire, lui se voit artiste-peintre. Discussion, compromis : Germain se retrouve apprenti peintre-verrier, à Chartres, après avoir quitté l'école à treize ans. L'atelier ferme en 1915, Germain exerce divers petits métiers. Il « monte » à Paris en 1917. Autres « petits métiers » tout en étudiant peinture et dessin ; Il connait mouise et mistoufle, ces sœurs jumelles.

 

      Il semble être proche des Jeunesses Syndicalistes du 15e Arrondissement. Une « tradition »,véhiculée sans réelle référence, veut qu'il ait quelque peu chahuté dans un cabaret, Montéhus, l' « anarchiste cocardier », alors en pleine veine patriotarde, lui réclamant ses chansons pacifistes et antimilitaristes d'avant-guerre. Selon Léo Campion, Delatousche aurait participé, avec le futur chansonnier Michel Herbert, drapeau noir en main, à la manifestation du 1er mai 1919, pas particulièrement calme apparemment. C'est également en 1919 qu'il envoie une toile au Salon des Indépendants, dont il deviendra sociétaire (1920) puis membre du Comité (1944), charge à laquelle il renoncera ultérieurement (1945). Même parcours avec le Salon d'Automne : sociétaire (1927), puis membre du Comité (1946) dont il démissionne (1963).

     

 

LIRE  LA  SUITE

 

 

 èuç

 

Votre site www.litteratureouvriere.fr continue d'évoluer, pour demeurer LE site de référence en matière de littérature ouvrière.

 

  èuç